Derniers éléments publiés dans la catégorie "A l'Assemblée Nationale" :

A l'Assemblée Nationale :

La nouvelle prison sera à Fontenay-le-Comte !

 

Le 27 janvier 2009, j’attirais l’attention du Directeur régional des services pénitentiaires sur la surpopulation carcérale. Six ans de démarches et de lutte débutaient. Je suis aujourd’hui heureux de l’aboutissement de ce dossier.

Le 26 juillet 2010, le Gouvernement de François FILLON annonçait une fermeture de la maison d’arrêt de Fontenay-le-Comte pour l’année 2016, celle-ci a été évitée grâce à une implication remarquable de nombreux élus du territoire, notamment le Sénateur Jean-Claude MERCERON

Aujourd’hui, le Ministre de la Justice vient de m’informer par courrier que l’implantation de la nouvelle maison d’arrêt de 250 places en Vendée serait à Fontenay-le-Comte. Cette décision a été rendue possible grâce à une union transpartisane et une mobilisation citoyenne, chacun ayant apporté sa pierre à l’édifice.

Je remercie particulièrement tous les maires et conseillers municipaux qui ont répondu à ma sollicitation et adopté une résolution en faveur du site de Fontenay-le-Comte. Je remercie aussi le Président de la Communauté de communes « Fontenay-Vendée » Michel TAPON, qui comme je l’avais fait le 11 janvier 2011 pour la ville, a décidé de céder gratuitement le terrain pour la construction du nouvel établissement. C’était un facteur déterminant.

Cette cohésion, l’argumentaire des atouts du site de Fontenay-le-Comte construit depuis 2011, ont été entendus par le Garde des Sceaux, Jean-Jacques URVOAS. J’ai pu travailler de nombreuses fois ces questions avec lui, notamment lors de la mission d’information sur la surpopulation carcérale ouverte par la majorité parlementaire dès 2012

Cette construction représente avant tout une amélioration des conditions humaines et de vie, tant pour les personnels que pour les détenus, mais c’est aussi un réel avantage pour le Sud-Vendée et le pays de Fontenay-le-Comte sur le plan de l’emploi et du dynamisme territorial.


A l'Assemblée Nationale :

Communiqué de presse : la terre aux agriculteurs, pas aux fonds spéculatifs

 

Nous avons définitivement adopté mercredi la proposition de loi destinée à lutter contre l’accaparement des terres agricoles par de grandes sociétés et à préserver le modèle français d’exploitation familiale.

Ce texte prévoit entre-autre la mise en place d’ici trois mois de nouveaux outils pour mieux appréhender les cessions partielles de parts sociales en faveur d’une meilleure transparence des ventes de terres agricoles.

La France est dotée du système des Safer, sociétés chargées de veiller à l’aménagement rural et foncier, qui disposent lors de la cession d’une exploitation agricole d’un droit de préemption, mais cela n’a pas suffi à empêcher les fonds de gestion d’acheter des terres agricoles grâce à des montages juridiques.

Désormais, les acheteurs seront obligés de déclarer leur acquisition à la Safer même s’ils prennent moins de 100% des parts, ce qui était jusqu’à présent le niveau obligeant à une déclaration et ouvrant la voie à une préemption possible. Ces dispositions visent à assurer une meilleure transparence des cessions de parts ou actions de sociétés détenant du foncier agricole.

Les terres doivent aller aux paysans, pas aux fonds spéculatifs, c’est tout le sens de cette loi qui favorisera la transmission et le renouvellement des générations dans notre espace rural.


A l'Assemblée Nationale :

L’équilibre budgétaire de la France sera atteint en 2017

 

En 2017, le déficit public repassera sous le seuil des 3% du PIB du pays. La prévision de déficit à 3,3 % du PIB pour 2016 et 2,7 % en 2017 est maintenue. Au total, l’effort global de redressement des comptes publics sur l’ensemble du quinquennat aura été considérable. Dans un contexte macroéconomique particulièrement difficile notamment marqué par la crise de la zone euro puis par les tensions déflationnistes, c’est plus de 2 points de PIB de déficit qui auront été résorbés en 5 ans. Cet effort budgétaire permettra à la France de passer sous le seuil des 3 % l’an prochain et donc de sortir de la procédure pour déficit public excessif dans laquelle elle est entrée en 2009.

ÉVOLUTION DU DEFICIT PUBLIC ENTRE 2007 ET 2017 (EN % DU PIB)


Actualité :

Après le redressement des comptes publics, la redistribution auprès des ménages

Le redressement des comptes publics était une nécessité pour l’avenir de la France et une promesse que nous avons honorée !

Retrouvez ma toutes les informations sur la baisse des Impôts sur le Revenu