Point presse 8 mars 2016

Point presse 08/03/16

 Hommage à Sophie Dessus

J’aimerais avant toute chose saluer la mémoire de notre collègue Sophie Dessus, disparue la semaine dernière. Sophie était une personne pleine de panache, d’enthousiasme et d’humanité. Tout le monde l’aimait. Sa perte nous affecte tous et toutes nos pensées accompagnent sa famille et ses proches dans ce moment douloureux.

Réforme du code du travail

1/ Nous entrons cette semaine dans le vif du sujet. Manuel Valls, Myriam El Khomri et Emmanuel Macron ont commencé hier la consultation des partenaires sociaux et, pour ce qui nous concerne,  nous recevrons ce soir les ministres afin de leur faire part de nos attentes.

Notre état d’esprit est le suivant.

Sur toutes les grandes réformes, le groupe SRC a toujours été un partenaire loyal du Gouvernement. Sur bien des dossiers même, nous sommes à l’origine des solutions qui ont permis de surmonter les blocages : le pacte de stabilité, le travail le dimanche, la réforme des allocations familiales… nous avons été la clef de la réussite sur chacun de ces sujets.

C’est ce rôle que nous voulons à nouveau jouer sur la réforme du code du travail. Nous en soutenons la finalité : créer de l’emploi en introduisant davantage de souplesse dans le marché du travail et en développant la culture de la négociation en entreprise. Mais nous souhaitons que des améliorations soient apportées sur le barème des indemnités prud’homales et sur les conditions de licenciements économiques. De même, nous souhaitons que des garanties soient apportées sur la protection des salariés à travers un renforcement du compte personnel d’activité.

Ce n’est pas en abandonnant ce texte que nous pourrons l’améliorer. Le groupe n’est ni dans un état d’esprit pétitionnaire, ni dans une attitude de déférence face au Gouvernement.  Nous souhaitons des échanges nourris et un travail rigoureux pour rassembler le plus largement possible autour de ce texte.

2/ Et je veux répondre tout de suite à une contre-vérité. Ce projet de loi n’est pas dirigé contre la jeunesse.

Aujourd’hui, les jeunes sont les grandes victimes du statu quo. Ils sont condamnés à enchaîner les stages et les CDD qui représentent 90% des embauches. Le CDI n’est pour eux qu’un horizon lointain. En s’attaquant à la peur de l’embauche, ce projet de loi va rouvrir les portes du CDI aux jeunes et leur permettre de sortir de la précarité.

3/ Enfin ce projet de loi c’est aussi celui d’une grande conquête sociale : le compte personnel d’activité. C’est la base de la sécurité sociale professionnelle que tous les partenaires sociaux et que toute la gauche appelle de ses vœux depuis des décennies. Plutôt que de se focaliser sur les points de blocage, défendons fièrement cette conquête, travaillons au renforcement du CPA qui sera la grande réforme du quinquennat.

PJL réforme procédure pénale

1/ Nous voterons cet après-midi la réforme de la procédure pénale et j’aimerais dire un mot sur la qualité du débat qui s’est tenu la semaine dernière.

Le projet de loi a été considérablement renforcé grâce à un travail sérieux qui a fait l’objet d’une large entente dans l’hémicycle.

Parmi les avancées notables, on compte l’amendement de notre groupe qui ouvre la possibilité aux douaniers de mener des enquêtes sur internet sous pseudonymes ou l’amendement du groupe LR créant une obligation de coopérer aux enquêtes pour les fabricants de smartphone.

Ce travail est tout à l’honneur de notre Assemblée. Lorsque la sécurité des Français est en jeu, nous devons être capables de sortir des clivages et de travailler dans l’unique souci de l’intérêt général.

2/ Je veux également le répéter, ce texte respecte scrupuleusement l’Etat de droit. Toutes les garanties sont apportées pour que l’autorité judiciaire reste au centre des procédures d’enquêtes et de surveillance. 

PPL liberté, indépendance et pluralisme des médias

Dernier point sur l’actualité parlementaire… j’attire votre attention sur la proposition de loi sur la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias. Le Gouvernement a engagé la procédure accélérée sur ce texte qui vise à mieux protéger les journalistes contre les pressions économiques.

Le texte étend à l’ensemble des journalistes, la protection jusqu’ici réservée à ceux de l’audiovisuel public selon laquelle un journaliste ne peut être contraint à accepter un acte contraire à son intime conviction professionnelle.

Le rôle du CSA est également renforcé. Celui-ci devra veiller à ce que les intérêts économiques des actionnaires de médias ne portent pas atteinte à l’indépendance et au pluralisme de l’information.

Mais surtout, un amendement sur la protection des sources a été voté mercredi dernier en commission. Il dispose que « constitue une atteinte au secret des sources d’un journaliste le fait de chercher à découvrir ses sources au moyen d’investigations portant sur sa personne, sur les archives de son enquête ou sur toute personne qui, en raison de ses relations habituelles avec elle, peut détenir des renseignements permettant de découvrir ces sources ».

 C’est un texte qui satisfait une demande récurrente des syndicats de journalistes. Il fait progresser la liberté de la presse et à travers elle la démocratie. Et je suis fier que la gauche soit à nouveau à l’avant-garde de ce combat, au moment même où des gouvernements en Europe bâillonnent la presse qui ne leur plaît pas.

Journée de la femme

Je veux terminer par quelques mots sur la journée internationale de la femme. La France, depuis 4 ans, est un pays exemplaire dans la lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Nous avons accompli des progrès considérables en matière d’égalité professionnelle, en matière de lutte contre les stéréotypes, en matière de lutte contre les violences faites aux femmes avec la loi contre le système prostitutionnel, en matière de lutte contre la précarité avec la garanties sur les impayés de pension alimentaire… en matière aussi de parité en politique.

La gauche est fidèle à ses combats. Notre politique a permis à la France de gagner 30 places dans le classement mondial du forum sur l’égalité femmes-hommes. L’égalité se construit jour après jour et nous aurons encore progressé d’ici la fin du quinquennat.

Visite et décoration du prince héritier d’Arabie Saoudite

Bien entendu, personne ne méconnaît la situation des droits de l’homme en Arabie Saoudite, à commencer par le President de la République qui n’a jamais manqué d’aborder la question avec les dirigeants saoudiens.

En même temps, l’Arabie Saoudite est un acteur incontournable au Moyen-Orient et un partenaire économique et diplomatique de la France. C’est aussi un pays qui est engagé dans la lutte contre le terrorisme djihadiste et de ce fait un allié de la France.

Chacun peut comprendre qu’à ce titre, l’Arabie Saoudite ait droit aux honneurs du protocole, cela n’efface en rien nos divergences sur la question des droits de l’homme.

Fessenheim

Pour moi l’essentiel n’est pas de savoir si c’est la procédure d’arrêt qui sera lancée en 2016 ou si la centrale sera effectivement fermée… l’essentiel, c’est que la France se soit engagée résolument dans la diminution de la part du nucléaire.

Notre politique c’est la montée en puissance des énergies renouvelables et la volonté de stabiliser le parc nucléaire à son niveau actuel ne fera que renforcer cette tendance. En gardant le nombre de centrales ouvertes au même niveau et en développant les énergies renouvelables, la part du nucléaire dans le mix énergétique baissera automatiquement et nous parviendrons à l’objectif de 50% en 2025.

Crise des migrants

1/ L’Europe a besoin de la Turquie pour faire face à la crise des réfugiés. La Turquie, parce qu’elle est un pays limitrophe de la Syrie et de l’Irak joue un rôle central dans la maîtrise des flux migratoires en provenance des théâtres de guerre.  Sans elle, il ne peut y avoir de solution durable à la crise des réfugiés.

D’un autre côté, l’Union ne doit pas tourner le dos à sa tradition d’accueil et respecter les engagements pris en septembre dernier dans le plan Juncker : la construction de hotspots, l’acceuil et la répartition de 160 000 réfugiés et un soutien accru aux pays de premier accueil comme la Grèce et l’Italie.

2/ La France quant à elle tient ses engagements. Dans le cadre du plan Juncker, elle accueille les premiers réfugiés en provenance d’Italie et de Grèce.

Mais l’action de l’Etat, c’est aussi le démantèlement des campements sauvages comme il le pratique à Calais. Il existe suffisamment de places dans des centres légaux aux quatre coins du territoire pour ne pas voir proliférer des campements sauvages dépourvus de toute hygiène et de toute sécurité.

Nous le devons aux migrants qui ont droit à des conditions d’accueil décentes. Nous le devons aussi aux calaisiens qui subissent depuis trop longtemps cette situation et qui nous l’ont rappelé hier en organisant un cortège à Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>